vendredi 25 avril 2014

Quelques mots de Florian Morel

Florian Morel, rédacteur en chef de Bushcraft Attitude Magazine, a accepté de répondre à quelques questions au sujet du Bushcraft et du magazine qu'il a gracieusement offert aux élèves du club. J'espère que ses mots vous encourageront à suivre votre passion, qu'elle soit sauvage ou non.



Salut Alban, avant de répondre à ces quelques questions, je tenais à te féliciter pour cette initiative, ainsi que tes élèves pour leur investissement dans ce club ! C'est très motivant de voir de tels projets se concrétiser :)

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m'appelle Florian, j'ai 31 ans, et je suis originaire de Clermont-Ferrand, aux pieds des volcans d'Auvergne. Après un BAC général, j'ai fait un petit tour par la FAC, puis j'ai rapidement suivi un cursus de graphisme pour finir, pendant 4 ans, à l'École Supérieur d'Arts.
Bien que citadin d'origine, j'ai eu la chance de passer la plupart de mes week-ends et toutes les vacances scolaires à la campagne, chez mes grand-parents, où j'ai très tôt commencé à étudier les techniques de survie. Avec les années, ma pratique a évoluée vers le bushcraft, et j'ai passé le plus clair de mon temps dans les bois, pistant chaque jours les animaux, cuisinant sur des feux de camps, etc... En fait, je ne rentrais chez moi que pour dormir ! (et encore, pas toujours..)


Qu'est-ce qui t'a poussé à créer BAM ?
J'ai eu très tôt l'envie de créer un magazine, mais j'ai mis très longtemps à définir sur quel sujet il porterait. Multipliant les petits boulots, j'ai fini par me convaincre de créer mon propre emploi, ma propre entreprise.
Nous étions au coeur de l'hiver lorsque j'ai écrit les premiers mots du n°1. Je m'en souviens comme si c'était hier, dans cette petit maison paysanne sans chauffage, me réchauffant les doigts sur le bol de chocolat chaud, pour pouvoir taper quelques lignes de plus sur l'ordinateur... Cela reste un très bon souvenir pour moi :)
Il m'aura fallu 3 ans pour réellement caler la ligne éditorial et la charte graphique. J'ai dû refaire le n°1 au moins 10 fois ! J'ai ensuite passé près d'un an à la recherche d'un éditeur, dans une industrie du magazine en pleine crise... Face à toutes ces portes fermée, je me suis lancé !


Quelle est ta définition du Bushcraft ?

Pour moi, le Bushcraft est réellement une manière d'appréhender son environnement. En apprenant les arbres, les plantes, les animaux... en comprenant les relations qui les lient... puis finalement, en exerçant une certaine science dans l'utilisation respectueuse de ces ressources, nous pouvons retrouver une part de cette humanité étouffée par le système si grand et si complexe qui nous entour.
Bien entendu, le bushcraft peut être simplement pratiqué comme loisir, il n'est pas obligatoire d'en faire un chemin de vie ! Peu importe que l'on soit plus "tactique" ou "traditionnel", plus "cuisine sauvage" ou "explorateur"... c'est une activité bénéfique en soi, pour chacun. L'important étant d'y prendre plaisir et d'apprendre !


Comment t'es venue la passion Bushcraft ?

J'ai toujours été plutôt solitaire. Enfant (et aujourd'hui encore, à vrai dire), je prenais plus de plaisir à me balader au bord des rivières avec mon Opinel en poche, que de jouer au ballon au square avec mes camarades. D'abord plongé dans le "Manuel des Castors Juniors", j'ai vite passé la vitesse supérieur avec "Survivre" de Xavier Maniguet. Cet univers de survie en pleine nature me passionnais, je me sentais un devoir d'être capable de me débrouiller dans mon environnement.
Comme je l'ai dit plus haut, ma pratique devenant de plus en plus régulière, les techniques de survie sont devenues techniques de vie... Et ce qui était une passion est devenu une manière de voir le monde.


Le Bushcraft peux sembler parfois "destructeur" envers la nature, que peux tu dire aux gens qui pensent que nous saccageons les forêts ?

Il est vrai qu'un pratiquant de Bushcraft va être amené à cueillir plantes et champignons, à couper des branches, construire des feux de camps, etc... ce qui, vue de loin, peux sembler destructeur, voir même égoïste !
En réalité, le respect de la nature fait partie intégrante du Bushcraft. Un pratiquant sérieux prélèvera toujours de manière raisonnable et raisonnée. Par exemple, s'il coupe une branche de bois vert, il appliquera un "pansement" sur la coupe pour ne pas blesser l'arbre. S'il cueille des plantes, il veillera à n'en prélever qu'un petit nombre pour leur permettre de se renouveler. S'il construit un feu de camp et fabrique un abri, il fera en sorte de tout remettre en place en partant, c'est le fameux "leave no trace".
On peut utiliser une formule très simple pour prélever raisonnablement dans la nature :
- (garder) 1/3 pour soi
- (laisser) 1/3 pour la plante
- (laisser) 1/3 pour les animaux


De quelle façon accordes-tu le respect de la nature avec la production et la commercialisation de BAM ?

Il faut être honnête : comme toute production, le magazine créer indirectement de la pollution. C'est inévitable. Mais nous faisons en sorte de limiter et de compenser cela de plusieurs manières :
- Depuis le n°2, nous utilisons du papier 100% recyclé.
- Nous faisons un dont financier (proportionnel à notre dépense CO2) en faveur du reboisement.
- Le papier des enveloppes est lui aussi recyclé et/ou issue de forêts en éco-gestions.
- J'essaie, autant que possible, d'éviter la voiture et d'aller poster les magazines en vélo (c'est aussi bon pour moi, lol).

Enfin, de manière plus large, j'espère que ce magazine contribue à une prise de conscience. J'aimerai qu'il amène les lecteurs à plus de respect pour leur environnement et donc, entre autre, à moins polluer :)

Des idées pour le futur de BAM ?

2014 devrait être voir grandir le magazine. J'espère toucher un publique toujours plus large ! Je compte aussi ajouter de nouvelles rubriques, et améliorer celles qui sont déjà là. Je peux aussi vous dire qu'il va y avoir un peu de jungle, un peu de voyage à vélo, des conseils pour nos compagnons à 4 pattes, et pleins d'autres choses !
Bref, restez dans le coin, ça n'est que le début :)

Amitiés à tous et merci !

Flo"


Enregistrer un commentaire